La maintenance, une exigence !

Rendues obligatoires par la règlementation,[1] la vérification et la maintenance périodiques de l’Eclairage de sécurité sont impératives pour garantir, dans le temps, son bon fonctionnement. Pourtant, un grand nombre d’installations s’avère mal entretenu au risque de mettre en danger la vie des occupants.

[1] Pour les ERP, les articles EC 13 et EC 14 du Règlement de sécurité contre les risques d’incendie et de panique, pour les ERT, par les arrêtés des 26/02/2003 et 14/12/2011 (article 11), pour l’habitat collectif par l’arrêté du 30/01/86 et pour les IGH, par l’arrêté du 30/12/11 (articles GH5 et GH58).

Conformité réglementaire oblige

Cette exigence engage la responsabilité du chef d’établissement ou du gestionnaire de site sont responsables de la sécurité de leurs établissements.
En cas de manquement, ils s’exposent à des injonctions de la Commission de sécurité ou de l’Inspection du travail pouvant aller jusqu’à la fermeture de l’établissement. Aux pertes d’exploitation, s’ajoutent des sanctions pénales (amende et peine d’emprisonnement).

Les opérations de contrôle et de maintenance périodiques sont strictement encadrées par la règlementation et les prescriptions de la norme NF C 71 – 830 en vigueur.

Faire bloc pour la maintenance

Pour aider les responsables d’établissement à se conformer à la règlementation, les acteurs des filières de l’électricité, du bâtiment et de l’incendie,[1] se mobilisent aux côtés des fabricants d’Eclairage de Sécurité d’IGNES :

  • Diffusion d’outils et de solutions pratiques pour faciliter la maintenance dans les règles de l’art
  • Promotion de la norme sur la maintenance de l’Eclairage de Sécurité,[2] qui définit un mode opératoire précis pour s’assurer qu’il reste en capacité d’assurer ses fonctions.

[1] UNA 3E CAPEB, FEDELEC, FFIE, FFMI, FDME, LCIE-Bureau Veritas, PROMOTELEC, RECYLUM-Ecosystem, SERCE, ANITEC.

[2] Norme NF C 71 – 830 : Maintenance des blocs autonomes d’éclairage de sécurité BAES et BAEH, réalisée avec le concours des parties intéressées : utilisateurs, installateurs, fabricants, organisme de contrôle, etc.

Saisir l’opportunité de réduire les coûts d’exploitation

Profiter d’une opération de maintenance pour rénover tout ou partie de l’installation d’Eclairage de Sécurité permet de réduire immédiatement la facture d’énergie et les coûts d’exploitation, en bénéficiant des avantages offerts par les dernières technologies.

  • Economie d’énergie : les démarches d’éco-conception engagées de longue date par les fabricants d’IGNES ont permis de diviser par 5 les consommations d’énergie des installations d’Eclairage de Sécurité. Ces solutions aux performances écologiques certifiées par un organisme indépendant des fabricants sont reconnaissables par l’éco-label sélectif NF Environnement.
  • Simplification des vérifications règlementaires : les exploitants réalisent des économies immédiates sur le contrôle et la maintenance de leur installation, grâce aux blocs SATI (Système Automatique de Test Intégré) qui réduisent le temps d’inspection en permettant, sans couper le secteur ni manipuler les blocs, de visualiser leur état de fonctionnement et de procéder aux vérifications obligatoires.
  • Optimisation des opérations de maintenance : les systèmes adressables permettent quant à eux d’optimiser les coûts et temps d’intervention en cas de défaut des blocs. La gestion centralisée de l’installation détermine la position du luminaire défectueux et la nature de la panne.
  • Esthétique soignée et intégration au bâti : grâce à leurs performances et leur faible encombrement, les LEDs qui équipent les dernières générations des luminaires d’Eclairage de sécurité en font des produits qui s’intègrent avec harmonie dans l’environnement architectural des bâtiments, tout en améliorant la lisibilité des signaux d’évacuation.

En quelques années, les économies d’énergie et de coût d’exploitation sont supérieures au prix d’achat des nouveaux équipements.

Périodicité des opérations de vérification et de maintenance de l’éclairage de sécurité :

 

EXPLOITANT

INTERVENANT QUALIFIE

Tous les mois

Tous les

6 mois

Tous les ans

BAES et/ou LSC en place

  

X

BAES et/ou LSC parfaitement visibles

  

X

Appareils sous tension

X

 

X

État physique extérieur satisfaisant

 

 

X

Témoin de charge (1)

 

X

X

Voyant vert pour les BAES Performance SATI

X

X

X

Etat des sources lumineuses de secours (1)

X

X

X

Conformité des composants remplaçables

 

 

X

Autonomie de la batterie (1)

 

X

X

Aspect de la batterie

 

 

X

Nettoyage général de l’appareil

 

 

X

Télécommande (sauf en habitation collective)

X

X

X

Mise en place de l’étiquette de maintenance

 

 

X

Rapport de vérification

 

 

X

Registre de sécurité

 

 

X

 

Toute anomalie constatée doit faire l’objet d’une intervention de maintenance exécutée par une personne qualifiée.

(1) Ces opérations peuvent être effectuées automatiquement par les BAES comportant un système SATI (Système Automatique de Test Intégré), conforme à la norme NF C 71 – 820 en vigueur. Les BAES répondant à ces exigences sont marqués du sigle « NF AEAS BAES Performance SATI » qui garantit leur conformité à la norme par un organisme indépendant.