📢 Plus de 2/3 des logements concernĂ©s par des fortes chaleurs d’ici 2030

L’étude réalisée par le bureau d’études POUGET CONSULTANTS pour IGNES en mai 2023 révèle que plus de 2 logements sur 3 seront exposés à des vagues de chaleur à horizon 2030. C’est d’ailleurs la première fois qu’une étude quantifie l’impact des fortes chaleurs sur le parc de logement. Au-delà du sud de la France, certaines régions jusqu’ici préservées, telles que l’Ile-de-France, la Bourgogne, la Franche-Comté et le Grand Est, seront concernées. Dotées d’un parc de logements historiquement moins adapté à ces conditions extrêmes, elles sont d’autant plus vulnérables à la situation. Par ailleurs, les grandes villes vont connaître une augmentation considérable des phénomènes d’îlot de chaleur urbain, si le recours à la climatisation notamment mobile, qui aggrave le risque sanitaire en augmentant la température extérieure, ne devient pas une solution de dernier recours. Les industriels appellent donc à inscrire les technologies de sobriété d’été dans le plan gouvernemental d’adaptation au changement climatique actuellement en cours de consultation.

« Pour lutter contre la surchauffe des logements, au lieu de se prĂ©cipiter vers une climatisation mobile, le 1er rĂ©flexe Ă  adopter doit ĂŞtre d’abord orientĂ© vers la recherche de diminution des apports solaires, grâce aux protections mobiles extĂ©rieures, de la bonne gestion de la ventilation et Ă  la recherche de rafraĂ®chissement, avec des brasseurs d’air fixĂ©s au plafond, qui consomment peu d’énergie Â».

Céline Laruelle, Ingénieure Bâtiment de l’ADEME

« Tout le monde a droit de vivre dans un logement dĂ©cent, y compris en pĂ©riode de fortes chaleurs. Il est temps d’agir pour prĂ©parer les logements Ă  cette vulnĂ©rabilitĂ© climatique et Ă  lutter contre les bouilloires Ă©nergĂ©tiques. Nous sommes convaincus que les technologies de sobriĂ©tĂ© d’étĂ© sont la clĂ© pour limiter l’impact de la double facture Ă©nergĂ©tique d’hiver et d’étĂ©. C’est pourquoi, nous soutiendrons un plan d’adaptation au changement climatique pensĂ© Ă  +4°C Â»

Benoît Coquart, Président d’IGNES

Pour éviter que les logements ne deviennent de véritables bouilloires thermiques, y compris dans des territoires jusqu’ici épargnés, les industriels d’IGNES tirent le signal d’alarme et appellent le Gouvernement et les collectivités territoriales à inscrire les mesures suivantes, dans le plan d’adaptation au changement climatique actuellement en cours de consultation et porté par Christophe Béchu.
➡️ Inclure la sobriété d’été dans toutes les politiques publiques du logement (DPE, règlementations thermiques…)
➡️ Créer des aides financières pour accompagner les Français dans l’adaptation de leur logement avec des solutions de sobriété d’été (MaPrimeRénov’, MaPrimeAdapt”, CITE, Chèque Energie…)

đź“ť ⬇ TĂ©lĂ©charger le CommuniquĂ© de Presse â¬‡

đź“Ś ⬇ TĂ©lĂ©charger l’étude â¬‡